Prime exceptionnelle : effets d'annonce

Juste une prime, et pas pour tous !
 07 05 2020
 Annonce du ministre de la santé :
EHPAD : prime entre 1000 € et 1 500 € selon le département.
Secteur médico-social : sera communiqué plus tard !

05 05 2020
 A ce jour
RIEN n'est décidé dans les EHPAD, 
RIEN n'est annoncé dans l'aide à domicile.
Pour l'instant il n'y a que la prime "Macron Gillets Jaunes" prévue depuis le 01 04 2020 (voir ci-dessous)

20 04 2020

HÔPITAUX
Dans un communiqué du ministre de la santé, du 15 avril, le gouvernement a précisé l'instauration de la prime dans les hôpitaux :
-1500 € pour tout le personnel des 30 départements les plus touchés
-1500 € pour le personnel des service "covid' dans les 108 "hôpitaux de référence" des autres départements"
-500 € pour les agents des autres services

EHPAD
Le gouvernement "discute" avec les collectivités locales et les entreprises qui gèrent des EHPAD. Il envisage une prime allant de 500 € à 1000 €



 01 04 2020

Macron et les ministres se relayent dans les médias pour annoncer une prime.


UNE PRIME FACULTATIVE !


Toutes les entreprises, "peuvent" verser une prime comme celle "gilets jaunes" de l'an dernier.
C'est une prime de 1000 € maximum exonérée de cotisations sociales et de taxes.
Cette prime "peut" aller jusqu'à 2000 € si l'entreprise a un accord d'intéressement.
Mais aucun employeur n'est obligé de la payer !
En plus (ou pas), le gouvernement annonce des primes pour "les soignants". 
C'est vague. Il ne précise pas plus.
Il ne dit pas "tout le personnel des hôpitaux" il ne dit pas "tous le personnel des EHPAD" il ne dit pas "tout le personnel de l'aide à domicile". 
On ne sait pas si cela concerne les auxiliaires de vie,  les infirmières à domicile, les ambulanciers etc.


augmentation générale des salaires !
 Le flou augmente lorsqu'il parle des autres activités "essentielles" : éboueurs, caissières, pompiers, agents de sécurité, agents de nettoyage, livreurs, etc. 
Les communes, départements, régions, entreprises privées, sont laissées libre de payer cette prime, ou pas, et d'en fixer le montant.

Ce n'est pas par hasard. 
Le gouvernement veut laisser planer un espoir pour éviter les revendications.

Une prime c'est toujours bon à prendre,
MAIS DE TOUTE FAÇON, il s'agira d'une prime unique, au bon vouloir des employeurs.


Revendiquons une augmentation générale des salaires.

Corona virus : Les proches d'une personne vulnérable peuvent demander un arrêt maladie

Les salarié.e.s qui vivent avec une "personne vulnérable" ou "personne fragile" peuvent demander un arrêt maladie.


Les "personnes vulnérables" sont les personnes qui risquent d'être contaminées plus facilement ou qui risque de développer une forme plus grave en cas de contamination.

Lien vers la liste officielle des "personnes vulnérables"...

Lien vers le communiqué de la Sécurité Sociale...

Voir aussi l'article "Suite pratiques..."

EXIGEONS LES MOYENS POUR TRAVAILLER EN SECURITE

EXIGEONS LES MOYENS POUR TRAVAILLER EN SECURITE
Sinon => Droit de retrait

 Présence du 8è : Ca arrive ! 
1 mois après le début du confinement, 
13 jours après le courrier aux "autorités", 
14 jours après le courrier à la direction


Mail du 16 avril au soir

RÉPONSES :                                                                                                                    Lettres aux bénéficiaires :
postée le 10 avril 2020, antidatée au 19 mars
antidatée du 23 mars, postée le 16 avril
postée le 10 avril 2020, antidatée au 19 mars




Courrier envoyé le 3 avril 2020
Presse :

Lien vers La Voix Du Nord

Etat d'urgence ! Tous les salaires peuvent être payés à 100%

L'ordonnance  n° 2020-313 du 25 mars 2020  précise que :
IV. - En cas de sous-activité ou de fermeture temporaire résultant de l'épidémie de covid-19, le niveau de financement des établissements et services mentionnés au I de l'article L. 312-1 du code de l'action sociale et des familles n'est pas modifié. Pour la partie de financement des établissements et services sociaux et médico-sociaux mentionnés au I du même article L. 312-1 qui ne relève pas de dotation ou de forfait global, la facturation est établie à terme mensuel échu sur la base de l'activité prévisionnelle, sans tenir compte de la sous-activité ou des fermetures temporaires résultant de l'épidémie de covid-19.
 article L. 312-1 du code de l'action sociale : Sont des établissements et services sociaux et médico-sociaux, au sens du présent code, (...)
6° Les établissements et les services qui accueillent des personnes âgées ou qui leur apportent à domicile une assistance dans les actes quotidiens de la vie, des prestations de soins ou une aide à l'insertion sociale ;
En clair : baisse d'activité ou pas les structures toucheront les mêmes financements publics de la part des départements, de la Métropole de Lyon et autres...

Cela s'ajoute au fait que :
en cas de chômage partiel, l'état paie 84% du salaire net pour les salarié.e.s au dessus du SMIC et 100% pour les salarié.e.s au SMIC

CONSEQUENCES

Il faut exiger le paiement de 100% des salaires avec ou sans chômage partiel !

D'autre part, il n'est pas possible de modifier l'accord de modulation (annualisation) dans un sens plus favorable aux employeurs. L'accord de branche s'impose à tous. 
En temps normal il est déjà assez favorable aux employeur, il est interdit d'appliquer autre chose.
Si des compteurs sont négatifs TANT PIS. La structure ne perdra rien.

Voir les détails dans le tract ci dessous :  

https://orgasociaux.cgt.fr/actualites/etat-durgence-les-salariees-de-la-branche-oubliees-et-sacrifiees/
30 03 2020   lire la suite... cliquez ici...

On ne fait pas la guerre sans arme !


   De tous côtés, remonte le manque de masques de protection, de gants, de gel hydroalcoolique, pour les aides à domicile, les soignants des EHPAD, des hôpitaux et de nombreux autres comme les pompiers, les employés de supermarchés, les éboueurs etc, etc,...

   Les ministres les appellent  "héros"  "combattants"  "guerrières" qui font la "guerre au virus".  
   Mais il les envoie à la bataille sans armes et sans casques !



https://www.change.org/p/emmanuel-macron-des-masques-de-protection-pour-les-aides-à-domiciles-pendant-le-coronavirus
cliquez

Eric, un bénéficiaire, a lancé une pétition pour que les auxiliaires de vie et aides à domicile soient équipé.e.s

Voici le lien vers cette pétition...




 Même l'organisme national des associations ADMR dit qu'elles manquent de masques.
   Ce qui ne l'empêche pas de vouloir assurer des "soins de suite" aux personnes infectées.
Extrait du site de l'ADMR...  Actualité... dernier communiqué



Voir l'article sur France Info

  Pendant ce temps des industriels, hors services essentiels, comme l'automobile (PSA), veulent rouvrir des usines.
  Ils sortiraient du confinement des milliers de salariés alors qu'on dit partout  :"restez chez vous". 
  Et en plus ces entreprises annoncent détenir suffisamment de masques FFP2 pour équiper leurs ouvriers. 
Il faut les réquisitionner !



Chanson pour les balcons : on est là !

Vers le site "compagnie Jolie Môme"

Tous les soirs à 20 h ... et autres occasions
♫♬  écouter "compagnie Jolie Môme"♫♪
PAROLES  chanson pour les balcons   MUSIQUE 
⇲                                                                

On est là
On est là
Aux fenêtres et aux balcons
Nous on est là
On applaudit les soignants
Mais pas le gouvernement
L’union sacrée qu’il nous vend
On n’en veut pas

On est là
On est là
Confinés et révoltés
On n’oublie pas
Qu’ils ont tout privatisé
Tout vendu aux financiers
Ça n’se passe’ra plus comm’ ça
Car on est là

On est là
On est là
Confinés et révoltés
On n’oublie pas
Les hôpitaux saturés
Et la santé dégradée
Les moyens pour nous soigner
On les a pas

On est là
On est là
Confinés et révoltés
On n’oublie pas
Les milliards aux entreprises
Ça prouve quoi qu’ils en disent
Que de l’argent il y en a
Pour ces gens-là

On est là
On est là
Confinés et révoltés
On n’oublie pas
Tous ceux qui vont au charbon
S’entassent dans les wagons
Et bossent sans protection
On n’oublie pas

On est là
On est là
Confinés et révoltés
On n’oublie pas
Les migrants, les sans-abris
Tous les enfants qui s’ennuient
Les papis et les mamies
On n’oublie pas

On est là
On est là
Confinés et révoltés
On n’oublie pas
Pour l’honneur des travailleurs
Et pour un monde meilleur
Tous unis ça changera
Car on est là



Projection sur les murs, cliquez ici   🎦











































Période de crise : notons tout, pour la suite...

24 03 2020
Nous constatons que la situation est différente d'une association à l'autre et d'une entreprise à l'autre.
Notamment en ce qui concerne :
  • le matériel de protection, masques, blouses, gel hydroalcoolique : partout la situation est tendue mais certaines sont approvisionnées et d'autres pas.
  • les changements de planning de plus en plus fréquents.
  • baisse d'activité : fin des actes non essentiels comme le ménage ; chômage partiel ; pression pour prendre les congés ; au contraire, pression pour travailler coûte que coûte, et même plus, pour celles et ceux qui restent.
  • pressions sur les comptes d'heures de modulation.
  • allongement de certains temps d'intervention, par exemple pour faire de courses qui prennent beaucoup plus de temps que prévu au planning.

Suite aux différentes conversations téléphoniques on peut retenir un conseil commun :

IL FAUT ÉCRIRE. 
C'EST NÉCESSAIRE POUR APRÈS LA CRISE
Sinon dans plusieurs semaines comment se souvenir exactement de ce qui c'est passé ?
Quand cette crise sera terminée, il faudra faire les comptes en heures et en euros.

Il est nécessaire d'avoir un carnet papier
ou des notes numériques, EN DEHORS DU SMARTPHONE PROFESSIONNEL, car celui-ci reste à la main de l'employeur.

Il faut noter, pour chaque jour :
  • les heures effectuées prévues au planning, supprimées du planning ou ajoutées au planning.
  • les déplacements prévus ou supplémentaires ou plus longs que prévus.
  • les refus de modifications.
  • les interventions supplémentaires ou de durée différente.
  • les appels du bureau.
  • les passages au bureau.
  • le  manque de matériel, avec ou sans droit de retrait. 
  • le bénéficiaire infecté ou cas suspect, avec ou sans droit de retrait.
  • les refus de transporter le bénéficiaire (ce n'est pas prévu dans les dérogations officielles).
  • les congés forcés.
  • les problèmes de modulation, en plus ou en moins.
  • le chômage partiel.
  • ET TOUTES CHOSES IMPRÉVUES

C'est avec ces notes que, ensemble, nous pourrons vérifier si quelque chose ne va pas et réclamer des régularisations


Infos pour la période de crise : voir la page "infos juridiques",  voir l'article "suites pratiques"
ou le libellé  @coronavirus ⏬ ci dessous

Suites pratiques après les décisions du gouvernement Corona virus Covid 19

  EN PRATIQUE  

Dans cet article :
9. Obligations de l'employeur
8. Arrêt de travail des personnes atteintes par le coronavirus (confirmé ou supposé)
7. Arrêt de travail des personnes à risque (vulnérables)
6. Chômage partiel
5. Dérogations pour déplacements
4bis.  garde d'enfants après le 1er mai 2020 
4. Suite à la fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées... 
3. Sécurité
2.  Droit de retrait
1. Comité Social et Économique (CSE)


9. Obligations de l'employeur  (30 03 2020)

L'employeur doit obligatoirement prendre TOUTES LES MESURES DE PROTECTION : fournir le matériel de protection (gants, masques blouses, gel hydroalcoolique...) ET informer les salarié.e.s des risques (bénéficiaire fragile ou suspicion d'atteinte par le virus).


 Si non => droit de retrait

Voir plus bas dans cet article les paragraphes :  "3. SECURITE"(14 03 2020)
                                                                      et    "2. DROIT DE RETRAIT"   (14 03 2020)

Voir la page :"informations juridiques coronavirus"


et le lien suivant :   https://luttevirale.fr/fiches/sante-securite/

 

8. Arrêt de travail des personnes atteintes par le Coronavirus (20 03 2020)

Comme une autre maladie, par le médecin
- sans délais de carence
- avec maintien du salaire sans condition d’ancienneté. 


7. Arrêt de travail des personnes à risque (ou vulnérables) (19 03 2020)

  • Pour les personnes atteintes d'une maladie qui augmente le risque ET qui est reconnue ALD (Affectation de Longue Durée)
  • Pour les femmes enceintes
  • Pour les personnes qui présentent un risque car quelqu’un de leur entourage est atteint
Il existe un dispositif qui donne droit à un arrêt de travail :
- automatique
- sans délais de carence
- avec maintien du salaire sans condition d’ancienneté. 

Pour les femmes enceintes et les personnes reconnues en ALD :
LA DÉCLARATION EST A FAIRE DIRECTEMENT A LA SECURITE SOCIALE 
SANS PASSER PAR LE MÉDECIN
SANS PASSER PAR L'EMPLOYEUR

Ce lien donne la liste des "personnes à risque"... cliquez ici...
Ce lien donne la procédure à suivre ... cliquez ici ...
Ce lien donne le site "declare.ameli.fr"

Voir le communiqué de presse Sécurité Sociale    Ameli.fr (Sécurité Sociale)...     cliquez ici...


 Si vous êtes sur la liste des personnes à risque, mais que vous ne bénéficiez pas de l'ALD 

adressez vous à votre médecin traitant ou au médecin du travail 

L'arrêt de travail est :
- sans délais de carence
- avec maintien du salaire sans condition d’ancienneté.






Ce lien donne les   Explications de  "Les Editions Législatives"...  cliquez ici...

Décret du 31 janvier 2020...
Décret du 9 mars 2020...


 6. Chômage partiel  (19 03 2020)

En cas d'arrêt ou de diminution de l'activité, l'employeur peut mettre en "chômage partiel" l'entreprise entières ou certaines équipes.
Cela se passe après consultation du CSE...
L'indemnisation annoncée est de 100% du net pour un SMIC et 84% du net au dessus
C'est l'employeur qui paie, c'est lui qui déclare et se fait rembourser par les ASSEDIC et l’État
L'employeur doit expliquer tout ça aux élues et aux salariés.

Quelques liens.
Légifrance qui donne l'article du code du travail
"service public" qui décrit le chômage partiel avant la crise actuelle
Deux articles de presse sur les décisions du gouvernement




5.  Dérogations pour déplacements   (17 03 2020

  • Déplacements personnels dans des cas bien précis
  • Déplacements professionnels indispensables , dans la profession on parle d'aide à la personne, pas de ménage
Le décret parle de 

1° Trajets entre le domicile et le ou les lieux d'exercice de l'activité professionnelle et déplacements professionnels insusceptibles d'être différés ; (!! le ménage peut être différé !!)
2° (...)
3° (...) 
4° Déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance des personnes vulnérables ou pour la garde d'enfants ;
5°  (...)
Les personnes souhaitant bénéficier de l'une de ces exceptions (...)


4 bis. Garde d'enfants à compter du 1er Mai 202

(01 05 2020)
L'arrêt maladie indemnisé à 100% (IJSS+complément de salaire) est remplacé par le chômage partiel (activité partielle) indemnisé à 84% du salaire net.

4. Suite à la fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées... (14 03 2020)

  
  • - Pour les parents d'enfant de moins de 16 ans : 
Pendant la fermeture des écoles, crèches, collèges...,
Si il n'y a pas de possibilité de garde des enfants,  UN des deux parents se signale à son employeur pour indiquer qu'il ne peut plus venir travailler.
C'est l' EMPLOYEUR qui fait les démarches avec la Sécu. 
L'employeur ne peut pas s'opposer. Il a des consignes de la Préfecture et de la Sécurité Sociale.
L'absence est indemnisée comme un arrêt maladie = sécu + complémentaire, mais sans délai de carence (indemnité dès le premier jour).

- Attention il est utile de doubler un appel téléphonique ou un passage au bureau par un E Mail.
Cela laissera un trace écrite en cas de difficulté d'application.
Cela peut aussi être important en cas de négligence ou de mauvaise foi de l'employeur. 

Références :

Parent absent pour garde d'enfant :
service de garde possible pour les enfants des personnels soignants
-france info  cliquez ici...
-gouvernement cliquez ici... 

  3.  SECURITE   (14 03 2020)

  • - Pour les personnes qui peuvent venir travailler
  • Tout  EMPLOYEUR  est responsable la sécurité des salarié.e.s.
  • L'employeur doit  mettre en œuvre tout le matériel : gants, masques, gel hydroalcoolique, blouses etc. Il ne peut pas dire "débrouillez vous" "achetez vous même". Le salarié ne doit pas d'avance de frais. De plus, en cas de pénurie de matériel, c'est l'employeur qui doit le rechercher.
  • L'employeur doit donner des consignes pour que l'on ne risque pas de contaminer des bénéficiaires.
  • L'employeur doit donner des consignes pour l'élimination des déchets (masques, mouchoirs etc.)
  • L'employeur doit s'informer auprès des familles et des référents pour savoir si des bénéficiaires ne risquent pas de contaminer leurs visiteurs, et les intervenants.

  2.  DROIT DE RETRAIT   (14 03 2020) 

- Si des salarié.e.s pensent sérieusement que des bénéficiaires ou leurs proches présentent un risque,
- Si un employeur ne fournit pas,  - masques - gants - gel hydroalcoolique - , alors que l'on doit souvent s'approcher à moins d'un mètre des bénéficiaires :
  • - on peut refuser d'intervenir, à condition d'informer l'employeur et de demander à l'employeur de prendre des mesures : contact avec le médecin, matériel de protection, etc.
  • Si il y a des élus, en cas de droit de retrait, il est nécessaire de prévenir les membres du CSE.

Par exemple
  • si l'employeur ne fournit pas les informations nécessaires et que l'on doit aller chez des gens qui peuvent être malades, le droit de retrait est parfaitement légitime.
  • si l'employeur ne fournit pas le matériel, le droit de retrait est parfaitement légitime.
- Attention il est utile de doubler un appel téléphonique ou un passage au bureau par un E Mail.
Cela laissera un trace écrite en cas de difficulté d'application.
Cela sera important en cas de négligence ou de mauvaise foi de l'employeur.


1. Comité Social et Économique (CSE) (14 03 2020)

Les membres du CSE doivent demander une réunion urgente du CSE, même si personne n'utilise le droit de retrait.
Le CSE vérifie les mesures que prend l'employeur.
Le CSE vérifie que les informations sont données aux salarié.e.s. 
C'est particulièrement important dans les activités d'intervention à domicile.
En cas de problème appeler l’inspection du travail et l'union locale cgt.

L'employeur doit réunir le CSE avant toute mesure de chômage partiel (ou activité partielle)

Suite à "l'état d'urgence sanitaire, voir la page :"informations juridiques coronavirus"


                                   Sur ce sujet voir : @ coronavirus, ci dessous 

Coronavirus Macron, le virus de l'hypocrisie

 Après le discours de Macron du 12 mars 2020
 
L’HOMMAGE DU VICE A LA VERTU 
# Le président de la république rend hommage aux : "...personnels des hôpitaux, médecins, infirmiers, ambulanciers, les agents des Samu et de nos hôpitaux, les médecins de ville, l'ensemble des personnels du service public de la santé (...) à ces héros en blouse blanche..." 
Pourtant depuis des mois, ces mêmes travailleurs luttent :
- contre la désorganisation, contre les fermetures de lits et de services
- pour le maintien des effectifs, dans les hôpitaux, les EHPAD et dans l'Aide à Domicile
- pour l'augmentation des salaires et des moyens de soins.
Plusieurs fois ils ont eu comme réponse : les matraques de la police
L’HOMMAGE DU VICE A LA VERTU
# Le président en appelle au chercheurs :  "La mobilisation générale est également celle de nos chercheurs." 
Et bien justement, eux aussi sont en lutte contre la baisse de leurs moyens. 

# Le président promet : 
"je demande au Gouvernement des mesures exceptionnelles, dans ce contexte, pour les plus fragiles"

Les salarié.e.s ont droit aux beaux discours d'émotion, de compassion et aux promesses vagues.

Mais les actionnaires des entreprises ont droit, eux, à des mesures concrètes, immédiates et sans condition.


# Le président décide : 
"Toutes les entreprises qui le souhaitent pourront reporter sans justification, sans formalité, sans pénalité le paiement des cotisations et impôts dus en mars. Nous travaillerons ensuite sur les mesures nécessaires d'annulation... "
 Et pour la population ordinaire, en sera-t-il de même pour payer le loyer ou les courses au supermarché ?

L’HOMMAGE DU VICE A LA VERTU 
# Le président déclare : 
"Ce que révèle d'ores et déjà cette pandémie, c'est que la santé gratuite sans condition de revenu, (...) de profession, (...) ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe."

"...il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marche" 
Les "lois du marché" sont les lois du système capitalisme. Le président des riches, ancien banquier, aurait-il compris que le capitalisme est mauvais pour la santé publique ?
Comme ses prédécesseurs il passe toute son énergie à fermer des hôpitaux, fermer des services, fermer des maternités, diminuer les APL, et les budgets sociaux.
L’HOMMAGE DU VICE A LA VERTU
# Le président appelle à : "Inventer de nouvelles solidarités" 
Mais il ne renonce pas à la casse des retraites ni à celle de l'assurance chômage.  SEULEMENT SUSPENDUES   
Plus que jamais, c'est à nous d'être solidaires, entre travailleurs.
Serrons-nous les coudes contre le COVID 19 et contre le virus du profit

EXIGEONS : les moyens de protections, pas une seule perte de salaire, prorogation des contrats temporaires, 

Voir aussi l'article "en pratique"

Le 4 MARS 2020... une première réussite qui en appelle d'autres.


 
Une partie des participants devant l'entrée de l'ARS

Comme prévu, une délégation de salarié.e.s de l’aide à domicile était devant l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône Alpes, pour  déposer les revendications.
 
La représentante de l’ARS  - secrétaire régionale, numéro trois dans la hiérarchie de l'Agence - est venu réceptionner une motion. Elle à promis de la transmettre au ministre... qui répondra peut être !
 
La délégation de 45 personnes, représentait des collègues d'entreprises et d'associations de Lyon, Villeurbanne, Villefranche-Sur-Saône, Condrieu, Meyzieu, Villeurbanne et de l'Ain.
 
Des prises de paroles ont porté sur les conditions de travail, sur les moyens de refuser certains abus des employeurs, sur le besoin de s'organiser, sur le succès de ce rassemblement dans une profession ou les collègues se rencontrent difficilement, le soutien de l’Union départementale et des
retraité cgt

LA LETTRE AU MINISTRE
Les présents ont décidé de fixer une prochaine étape avec des demandes de rendez vous formel avec l'ARS, le Conseil Départemental et la Métropole, co-financeurs de ces activités.


Rendez vous à la permanence du Mardi 17 Mars pour préparer la suitereporté à plus tard pour cause d'épidémie, mais reprise dès que possible !